AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Créer sa tradition (de scott cunningham)

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Créer sa tradition (de scott cunningham)   Jeu 23 Aoû - 0:38

Bonjour à tous ! Voici un extrait (une section complête ! :P) du livre « La Wicca Vivante » de S.Cunningham. Elle vous permet de créer, lorsque vous êtes SUFFISEMMENT AVANCÉS, de créer votre propre tradition - quoique rien ne vous empêche de pauffiner la vôtre en attendant !


S'IL VOUS PLAÎT, ATTENDRE QUE J'AI TOUT POSTÉ ET MIS EN FORME AVANT DE COMMENTER ! C'EST UNE QUESTION DE RESPECT !
JE NE VEUX ABSOLUMENT PAS VOUS MUSELER' ET « NE PAS RESPECTER VOS DROITS » MAIS FAIRE UN SUJET CLAIR ET INTÉRESSANT À LIRE ! VOUS POURREZ POSTER IMMÉDIATEMENT CECI FAIT !




TROISIEME PARTIE

VOTRE TRADITION PERSONNELLE

14
LA CREATION D’UNE NOUVELLE VOIE





La Wicca telle que nous la connaissons est pour une large part organisée
en traditions. Puisque les traditions comportent, par définition, des
croyances et pratiques transmises de génération en génération, une
tradition wicca consiste en un ensemble de pratiques spécifiques
transmises à d’autres personnes, en général à la suite d’une initiation.
Les traditions wiccas sont l’un des mécanismes les plus actifs par
lesquels notre religion assure sa survivance. La structure représente
une condition indispensable à la pérennité de chaque religion. Sans
elle, celle-ci s’effondrerait dans le chaos et la confusion.
Si chaque membre réinventait constamment chacun des aspects de la Wicca
(les outils, les rites, les concepts du divin), la religion wicca telle
que nous la connaissons aujourd’hui aurait tôt fait de disparaître. Sans
doctrines et pratiques traditionnelles, elle ne pourrait guerre être
transmise à d’autres personnes.
En tant que pratiquants individuels de la Wicca, nous n’adhérons pas à
une tradition particulière (à moins d’avoir été formés au sein d’une
tradition et d’avoir quitté un coven). Cela nous laisse beaucoup de
latitude. Certains wiccas solitaires pratiquent une forme de wicca assez
libre et inventent de nouveaux rituels pour chaque sabbat et chaque
esbat.

Toutefois, plusieurs pratiquants individuels ressentent le besoin de
créer leur propre tradition afin d’établir leurs croyances et leurs
pratiques religieuses sur des fondations solides. Bien que ces nouvelles
traditions soient appelées à s’enrichir avec le temps et l’application,
elles constituent certainement un cadre valable pour la pratique
individuelle de la Wicca.
Tout au moins, elles offrent un point d’appui dans l’expérience souvent
mouvementée de la pratique autonome, et une garantie que le wicca
progresse dans la bonne voie. En un sens, chaque tradition wicca est une
carte indiquant un chemin spécifique menant à la Déesse.
La troisième partie de ce livre est constituée d’instructions claires
concernant la création d’une nouvelle tradition wicca, une tradition qui
vous conviendra parfaitement. Comme vous en êtes l’auteur, vous pouvez
vous concentrer sur vos besoins personnels et il est probable que le
résultat final se révélera beaucoup plus satisfaisant sur le plan
spirituel que n’importe qu’elle autre tradition wicca.
Vous n’êtes pas obligés d’entreprendre ce travail. Cependant, si vous
prenez la décision de créer votre propre tradition wicca, vous trouverez
dans ces lignes et les chapitres suivants quelques idées qui vous
aideront à vous mettre à la tâche.
POURQUOI CRÉER UNE NOUVELLE TRADITION ?
Et pourquoi pas ? Il existe peu de Livres des Ombres vraiment complets,
et la plupart sont presque toujours conçus pour la pratique collective.
Par conséquent, aucun n’est parfaitement adapté à la pratique
individuelle. Cette raison suffit à elle seule pour que vous inventiez
votre propre tradition wicca.
De plus, il est possible que les rituels déjà publiés vous semblent
désuets ou étrangers, ou qu’ils ne vous incitent pas à vous engager plus
pleinement dans le Wicca. Il se peut aussi que vous vous posiez trop de
questions sur une tradition particulière de la Wicca, même si celle-ci a
été rendue publique, pour vous sentir en mesure de célébrer ses rites.
Par ailleurs, il y a peut-être en vous une veine créatrice qui cherche à
se manifester. La conception d’une tradition wicca consiste en un
processus créateur, mais elle exige d’être accomplie suivant certaines
règles.
POUR DEBUTER :
A l’instant même où vous lisez ces mots, prenez un stylo et plusieurs feuilles de papier.
En haut de la première page, inscrivez les mots suivants en gros caractères :
CONCEPT DU DIVIN
Sur la deuxième page, écrivez : OUTILS, AUTELS, VETEMENT, BIJOUX
Sur la troisième : RITUELS
Sur la quatrième : CROYANCES
Sur la cinquième : REGLES
Sur la sixième : RUNES ET SYMBOLES
Sur la septième : LE LIVRE DES OMBRES
Utilisez ces pages pour prendre des notes lors de la lecture des
prochains chapitres. Plus tard, vous aurez probablement besoin de
beaucoup plus d’espace pour inscrire vos idées et vos commentaires sur
chacun des thèmes, mais c’est un excellent point de départ. (Au début,
l’utilisation d’un ordinateur ou d’une machine à écrire pourrait vous
ralentir.)
Le plus important, c’est de commences à formuler des idées sur une page.
Celles-ci finiront par devenir des rituels, des croyances, des règles,
etc. Il n’entre rien de nébuleux ou d’éthéré dans une tradition wicca ;
celle-ci possède ses caractères propres, et la définition de ces
propriétés constitue la première étape de la création de votre
tradition.
La Wicca n’est pas un fourre-tout spirituel. Une authentique tradition
wicca doit s’appuyer sur certains usages établis. Si vous pouvez vous
permettre plusieurs notes personnelles, certains éléments constructifs de la Wicca doivent être conservés. Ceux-ci seront clairement identifiés.

Dans les chapitres suivants, nous explorerons une méthode qui permet de
créer une tradition wicca. Libre à vous de l’utiliser si elle semble
vous convenir ; sinon, n’en faites rien. Et ne vous sentez pas obligé de
créer une nouvelle voie si vous ne le souhaitez pas.
La création de votre propre tradition wicca est un projet passionnant et
stimulant, un processus qui vous amène à définir non seulement les
modes d’expression de votre spiritualité, mais également la nature de
votre spiritualité. C’est donc une invitation à partir à la découverte
de vous-même.

Je ne comprends vraiment pas pourquoi il se déplace sur le côté. Pourtant, dans l'éditeur, tout est parfaitement mis en forme ! -.-
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Créer sa tradition (de scott cunningham)   Jeu 23 Aoû - 0:49

14

CONCEPTS DU DIVIN


Sans les déités, les religions de toute nature n’existeraient pas. Quelle définition personnelle donnez-vous aux concepts du divin propres à votre tradition ? chaque pratiquant de la Wicca se forme une conception individuelle de la Déesse et du Dieu d’après ses expériences personnelles, ses recherches et les échanges qu’il a avec eux. Ces images serviront évidemment d’assise aux concepts du divin de la nouvelle tradition que vous créerez. La recherche vous aidera également en ce sens. (Consultez la liste des ouvrages recommandés à la fin de ce chapitre). Ainsi que nous le verrons, le caractère des déités de votre tradition personnelle revêt une importance considérable.

LA DEESSE ET LE DIEU :

Le culte représente l’élément central de toute religion et il est essentiel de renforcer votre conception de la Déesse et du Dieu. Si jusqu’ici ils vous sont apparus comme des grands-parents du monde astral, ou des puissances insaisissables, il est peut-être temps de les ramener mentalement sur terre.
Les réflexions suivantes peuvent vous aider à mieux cerner les concept de la Déesse et du Dieu. Utilisées concurremment avec les lectures suggérées à la fin du présent chapitre et vos propres expériences spirituelles, ces observations devraient vous permettre d’approfondir votre connaissance de la Déesse et du Dieu.

LA DEESSE :
La Déesse est en vérité toute chose : puissance, sagesse, amour, fertilité et créativité infinis. Elle est la force à la fois nourricière et destructive qui créa notre univers et qui façonne nos vies.
Vous pourriez concevoir la Déesse comme celle qui est Tout. Même alors, il sera probablement nécessaire d’identifier ces symboles et certaines de ses manifestations pour prendre contact avec elle. En d’autres termes, vous devrez découvrir son numéro de téléphone personnel ; l’emblème de sa puissance qui permettra d’établir la communication par l’action du rituel.
(la liste ci-dessous constitue simplement en une nomenclature de quelques attributs de la Déesse. Veuillez prendre note que ce sont différents aspects d’un même être, la Déesse, et que cette liste est loin d’être complète.)
voici des indications qui vous renseignent sur sa nature :

  • Déesse de l’espace intersidéral
  • Déesse des étoiles
  • Déesse des galaxies
  • Déesse de l’univers
  • Déesse de la lune
  • Déesse de la lune qui croît
  • Déesse de la pleine lune
  • Déesse de la lune qui décroît
  • Déesse de la terre
  • Déesse de la fertilité du sol et des plantes
  • Déesse des animaux
  • Déesse des tempêtes, des séismes, de l’activité volcanique
  • Déesse de la pluie, des sources, des fleuves, des lacs, des mers et des océans
  • Déesse de la fraîcheur, du renouveau, des commencements, des promesses et des potentialités
  • Déesse de l’enfantement, des mères et de la maternité
  • Déesse de l’amour, de la beauté, de la compassion
  • Déesse de la guérison
  • Déesse de la prophétie
  • Déesse de la magie
  • Déesse de la sagesse
  • Déesse de la puissance,
  • Déesse de la destruction , du châtiment, de la guerre
Le concept de la déesse de l’espace n’est pas véritablement une notion wicca. Il faut ajouter au moins deux autres aspects : Déesse de la lune et de la terre. Enfin, la majorité des représentations de la Déesse sont fondées sur de multiples combinaisons de ces différents aspects. Cela signifie donc une Déesse associée à tout ce qui existe, dont les représentations les plus fidèles sont la lune et la terre sous nos pieds. Le domaine de la Déesse englobe tout ce qui vit sur terre et tout ce qui vient de la terre.
La plupart des wiccas reconnaissent également l’action de la Déesse dans l’enfantement, la guérison, l’amour ; son rôle de dispensatrice de sagesse et d’énergie magique dans les moments difficiles.
L’une des représentations de la Déesse a acquis une grande popularité. En sa qualité de divinité triple (en relation avec les phases de la lune), la Déesse est étroitement associée avec la nouvelle lune et la fraîcheur (la jeune fille) ; avec la pleine lune, les mères et l’enfantement (la mère) ; ainsi qu’avec la lune décroissante, avec la sagesse, la prophétie, la magie, la destruction et le châtiment (la vieille femme ; la source de sagesse infinie). Celle que j’appelle la déesse des trois aspects (une expression que l’on voudra bien me pardonner) est directement associée à l’existence et aux cycles féminins et est devenue extrêmement populaire au sein de la Wicca proprement dite comme à l’extérieur de celle-ci. (Certains wiccas semblent convaincus que cette conception de la Déesse est la seule qui ait toujours existé. Cela n’est certainement pas le cas, mais cette représentation wicca jouit actuellement d’une grande popularité.).
La majorité des wiccas conviennent que la Déesse possède un côté sombre. La nature elle-même le montre très clairement : pensons tout de suite aux tempêtes et aux séismes.
Néanmoins, nous avons choisi de ne pas nous attarder à ces aspects et de ne jamais invoquer la Déesse à ces fins. Regardons les choses bien en face : la dernière chose dont nous avons besoin, c’est de semer plus de violence et de destruction dans le monde. Si elle croit bon de le faire, très bien ; mais il n’en va pas de même pour les humains.
Dans la pratique de la Wicca, nous nous tournons vers les aspects de la Déesse qui élèvent notre âme. Agir autrement ne mènerait qu’au désespoir et à la souffrance. Si nous voulons que notre religion nous apporte le réconfort spirituel, l’amour et l’espérance dont nous avons besoin, nous devons considérer la Déesse comme une source d’amour, de compassion, de soutien et d’émerveillement. je préfère vénérer la Déesse sous cette apparence que sous celle d’une reine guerrière ; je ne suis pas un homme de guerre et je n’ai aucune envie d’encourager indirectement quiconque à le devenir, (Plusieurs d’entre-vous seront en désaccord avec moi, en particulier ceux qui pratiquent une forme de Wicca non conformiste. Je dois admettre, en effet, qu’il arrive parfois un moment où nous devons invoquer la Dame de la Justice, mais cette forme de culte peut se révéler démoralisante et même dangereuse. cet aspect de la Déesse ne doit être invoqué que par celui ou celle qui est sans faute, car elle exerce sa justice sur quiconque fait le mal, même sur celui qui la vénère. C’est un sujet qui donne à réfléchir.) car les guerres n’ont été que trop nombreuses.
La Déesse de la destinée est l’un des aspects qui ne figure pas sur la liste que j’ai dressé. Les wiccas l’invoque rarement sous ce nom, simplement parce que nous ne croyons pas à la prédestination. Si c’était le cas, nous ne pratiquerions pas la magie pour transformer notre vie, car cela serait inefficace.
Cependant, certains wiccas peuvent soutenir que la Déesse nourrit effectivement certains projets pour nous et qu’elle peut susciter certaines situations qui nous rappelleront gentiment certaines leçons ou qui nous influenceront à faire les bons choix lorsque nous vivons des moments de grande tension. De ce point de vue, peut être, la Déesse peut être envisagée comme la Déesse de la destinée, mais non dans le sens que l’on attribue généralement à ce terme. Nous n’accomplissons pas la volonté de la déesse ; elle nous donne toujours le choix et nous permet de tomber face contre terre si (ou lorsque) nous faisons fausse route.
En tant que Déesse de la guérison, de l’amour, de la beauté, de la compassion et de la prophétie, elle est vénérée par la presque totalité des wiccas. Certains insistent sur ces attributs, du moins lorsqu’ils en sentent le besoin. Quoi qu’il en soit, elle demeure une déesse d’amour et de sollicitude, et les rituels de guérison qui lui sont adressés ou qui intercèdent auprès d’elle sont assurés d’obtenir sa bénédiction.
Le moment est venu de traiter des multiples formes que peut revêtir la Déesse. Peut-être l’avez vous déjà aperçue dans vos rêves, au cours de vos méditations et de vos rituels. Si c’est le cas, pensez au jour sous lequel elle s’est montrés à vous. Elle est l’Un aux mille visages, et le visage qu’elle vous a présenté vous permettra d’entrer en contact avec elle ultérieurement.
Si vous n’avez pas encore aperçu physiquement la Déesse (et de nombreux wiccas ne l’ont jamais vue), ne perdez pas espoir. Cela peut vous arriver. En attendant, formez-vous une image personnelle de la Déesse en vous fiant à vos sentiments, à vos intuitions et à la facon dont vous la percevez. (N’oubliez pas qu’elle peut apporter secrètement son aide à ce processus.)
Quelques wiccas s’en font une image très précise :

« Je me représente la Déesse comme une déesse-femme robuste, aux formes pleines. Ses cheveux ont la couleur du blé ; ses yeux sont aussi bleus que l’océan, sa peau aussi sombre que la terre noire et fertile. Debout sous un arbre, nue et souriante, elle tient des fleurs dans ses mains ouvertes. »

« Je me représente la Déesse comme un être lunaire et céleste. Sa peau est d’un blanc lacté (comme si elle était éclairée par la lune) ; sa robe blanche diaphane laisse transparaître les formes de son corps qui changent selon les phases de la lune ; elle porte un collier de perles et de pierres de lune au cou et un croissant aux cornes tournées vers le haut du front. Sa chevelure est blanche (ou argentée ou blonde) et elle s’amuse à lancer en l’air la lune brillante qu’elle tient entre ses mains. »

« Je me représente la Déesse sous les traits de ma grand-mère décédée : habillée de vêtements cousus de ses mains, elle est assise dans une berceuse au coin d’un feu de branches de saule, dans une maison sans murs. Elle brode avec des gestes lents un motif de l’univers sur une étoffe bleu foncé et me révèle tous ses secrets. Assise à ses pieds sur un tapis tissé, je l’écoute attentivement. C’est la Vieille femme. »

Ces représentations extrêmement personnelles de la Déesse sont toutes conformes à la vérité. Celles-ci, de même que plusieurs autres, sont acceptées par les wiccas.
Certaines conceptions wiccas sont parfois plus proches des concepts que se forment d’autres cultures : « Je me représente la Déesse sous les traits d’Athéna, divinité chasseresse. » « Je vois la Déesse sous les traits de la grand-mère araignée. « Sous les traits de Diane. » « Isis. » « Hécate. » (On trouve des photos de statues ainsi que d’autres représentations de la Déesse dans une quantité d’ouvrages )
Encore une fois, il vous suffira peut-être de sentir sa présence. Si vous vous êtes déjà formé une image de la Déesse (ou, en d’autres mots, si elle vous a déjà révélé sa forme visible), c’est bien. Sinon, il est possible que vous souhaitiez découvrir son visage par le travail rituel, la prière et peut-être le rêve.
Un simple conseil : si vous vous êtes déjà formé une image précise de la Déesse et avez défini ses différents aspects, ne permettez pas que les informations ci-dessus viennent changer cette perception. Soyez fidèle à ce que vous avez découvert ; c’est extrêmement rare et précieux.
Le symbolisme divin fait partie de votre conception personnelle de la Déesse. Celui-ci englobe les symboles utilisés dans le culte de la Déesse ainsi que ceux qui lui sont directement ou indirectement associés.
Ce symbolisme est en partie déterminé par votre perception de la Déesse. Lorsque cette dernière est avant tout associée à la lune, les symboles de la terre ne seront pas représentatifs.
Voici des suggestions de symboles des différents types de déesses présentées plus haut, à utiliser dans la conception des rituels, des poèmes, des chants et des invocations :

  • Déesse de l’espace intersidéral. (Noirceur ; étoffe noire ; étoiles ; la nuit ; le vide ; le chaudron ; les fleurs nocturnes et les hiboux.)
  • Déesse de la lune. (Croissants ; perles ; pierres de lune ; miroir ; argent ; bipenne.)
  • Déesse de la terre. (Fruits ; plantes, en particulier les céréales ; la fertilité de la nature ; poupées de paille ;les animaux de la Déesse tels les chats, dauphins, lions, chevaux, chiens et abeilles ; l’eau pure ; un coquillage ramassé sur la plage ; coupes et calices ; chaudrons ; émeraudes.)
  • Déesse de la fraîcheur, du renouveau, des commencements, des promesses et des potentialités. (Friches ; oeufs ; printemps ; nouvelle lune).
  • Déesse de l’enfantement, des mères et de la maternité. (Pleine lune ; pierres trouées ; objets de forme ronde ou ovale ; un bébé.)
  • Déesse de l’amour, de la beauté, de la compassion. (Miroirs, coeurs ; fleurs ; miel.)
  • Déesse de la guérison. (Eaux lustrales ; mains aux pouvoir magnétique.)
  • Déesse de la prophétie. (Cristal de quartz ; perception extra sensorielle ; cavernes ; nudité ; flaques d’eau.)
  • Déesse de la magie. (Tous les outils magiques ; épée ; fuseau ; feu ; chaudron.)
  • Déesse de la sagesse. (Feu ; livres ; hiboux ; lune décroissante.)
  • Déesse de la destruction, du châtiment, de la guerre. (A déconseiller.)
N’oubliez pas que ces symboles ne serviront peut-être pas au cours du rituel, toutefois ils peuvent être employés lors de la rédaction des invocations rituelles. Ils suffit de mentionner ces outils pour que votre invocation soit directement et immédiatement transmise à la Déesse.
Il existe plusieurs autres symboles et outils associés à la Déesse en général et à ses aspects particuliers.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Créer sa tradition (de scott cunningham)   Jeu 23 Aoû - 0:55

LE DIEU
Le Dieu occupe une place égale dans le coeur de la plupart des wiccas, car sans lui notre monde serait glacé, aride et inhabité. Bien que chez la majorité des wiccas, le Dieu ne suscite pas une réaction affective aussi prononcée que la Déesse, il ne fait aucun doute que ceux-ci l’invoque aux heures difficiles (en particulier pour obtenir sa protection.) voici certains attributs prêtés au Dieu dans la pensée wicca.

  • Dieu du soleil
  • Dieu de la fertilité humaine (et, par conséquent, de la sexualité).
  • Dieu de la terre.
  • Dieu des animaux sauvages.
  • Dieu des récoltes.
  • Dieu des déserts, des plaines et des vallées.
  • Dieu de l’été.
  • Dieu de la chasse.
  • Dieu de la mort et de la jeunesse.
  • Dieu du châtiment, de la guerre et des conflits.
Cette liste résume assez bien les principaux aspects du Dieu dans la pensée wicca. Les attributs du Dieu sont tout simplement inférieurs en nombre à ceux que la Wicca reconnaît à la Déesse. Le Dieu a certainement plusieurs autres visages (par exemple, le Dieu de l’invention ; le Dieu arbitre, etc.) qui n’ont pas été retenus par les wiccas. Il en est résulté une insuffisance de matériel mythique en ce qui concerne le Dieu.
Certains auteurs récents ont tenté de combler ces lacunes par des rituels et des mythes associés au Chêne Roi et au lierre Roi. Ce concept est aujourd’hui assez répandu, du moins dans les rituels publics et chez certains pratiquants individuels de la Wicca. Toutefois, mes connaissances sur le sujet sont limitées et j’invite les lecteurs intéressés à consulter l’ouvrage de Farrar qui s’y rapporte
Parlons ici en toute franchise. La Déesse semble plus aimante, plus compréhensive et attentionnée que le Dieu. Bien que ce ne soit nullement sa faute, le Dieu peut sembler inabordable, hormis dans le rituel wicca, et même alors il faut recourir aux prières formelles. Il s’agit d’une réaction tout à fait humaine, même chez les wiccas, qui explique aisément l’insuffisance de matériel se rapportant au Dieu.
L’une des causes sous-jacente à ce problème paraît évidente. Plusieurs néophytes wiccas ont de la difficulté à aller vers le Dieu. Depuis leur enfance, on leur à enseigné à croire à l’existence d’un seul Dieu. Ce Dieu jaloux et colérique nous promet que nous nous retrouveront tous après notre mort dans un lieu de souffrance et de ténèbres. A un âge où ils étaient particulièrement impressionnables, plusieurs enfants ont été profondément marqués par les descriptions de la colère divine et, pour certains d’entre aux qui sont à présent des adultes abordant la Wicca, il peut s’avérer difficile de déraciner ces représentations de la déité masculine.
D’ailleurs, certaines féministes souhaitent uniquement vénérer la Déesse. Pour être franc, plusieurs d’entre elles en ont eu assez des figures spirituelles masculines et elles n’ont aucunement envie de s’harmoniser avec ces dernières dans leur pratique de la Wicca. Elles trouvent pleinement satisfaisant de rendre un culte à la Déesse et, hormis lorsqu’elles s’efforcent de transformer des rituels conçus pour la Déesse et le Dieu en des rites strictement adressés à la Déesse, elles ne rencontrent aucune difficulté à honorer la Déesse seule dans les rites wiccas.
Le Dieu s’est acquis une mauvaise réputation à la suite des deux mille ans d’un patriarcat outrancier qui s’est considérablement écarté de la voie que Jésus aurait jadis enseignée. Les institutions religieuses ont transformé le concept masculin de la déité en un être colérique, dont les fidèles ont exterminé des civilisations entières et balayés des centaines de cultures ; un Dieu au nom duquel des millions de personnes ont péri au cours des guerres saintes ; un Dieu dont les représentants ont affirmés maintes et maintes fois que la déité n’est pas féminine et que les femmes ne peuvent absolument pas établir un rapport avec le divin qui irait jusqu’à leur permettre l’accession à la prêtrise ; une déité masculine régnant sur un monde conçu pour les hommes où la religion est le prétexte invoqué pour dominer, soumettre et maltraiter les femmes.
Au cours de cette longue et amère période, d’une violence injustifiable, de la courte histoire de notre espèce, une image négative et effrayante a été accolée à la déité masculine. Nous ne connaissons que le dieu de la vengeance et de la guerre. Certes, ce dieu est aimable envers ses fidèles, mais celui ou celle qui ne lui rend pas un culte ou qui vénère d’autres dieux est condamné à passer l’éternité dans un enfer de feu et de supplices sans pouvoir espérer fuir ou recommencer une autre vie.
Il ne faut donc pas s’étonner que le concept du Dieu provoque un certain malaise chez plusieurs nouveaux wiccas, du moins à leurs premières incursions dans la Wicca. Cela peut s’avérer particulièrement difficile pour les femmes. Bien qu’elles puissent être surprises et ravies d’avoir découvert une religion qui s’étend à toutes les femmes, reconnaît leur pouvoir intérieur et leur force spirituelle et leur accorde de participer en tant qu’officiantes des rituels, une religion qui – chose incroyable – vénère réellement une Déesse, il est possible qu’elles ne parviennent pas à intégrer le Dieu à leurs rites.
Lorsque l’on a une vision négative de Dieu depuis vingt, trente ou quarante ans, on peut difficilement s’en détacher.
Certains wiccas finissent par s’adapter et ne voient aucun obstacle à vénérer la déesse et le Dieu dans le rituel wicca.
D’autres font le choix de vénérer uniquement la Déesse. (Il s’agit d’une décision personnelle, mais permettez-moi d’énoncer de nouveau le principe directeur : la Wicca consiste à vouer un culte à la Déesse et au Dieu.)
L’expérience m’a montré que ceux qui abordent la Wicca sans avoir jamais véritablement professé ou pratiqué quelque autre religion n’ont aucun problème à inclure le Dieu dans leurs rites. Il en va de même pour de nombreuses personnes formées dans les religions traditionnelles pour qui le concept du Dieu ne semble soulever aucune difficultés.
Vous devez honorer les deux déités pour célébrer des rites à la manière d’autrefois, dans l’esprit de la Wicca traditionnelle. Cela peut exiger que vous ouvriez votre conscience à la présence et aux attributs du Dieu afin de le redécouvrir. Voici quelques idées.
Le Dieu vous apparaît-il comme un misogyne ?
Voyez-le plutôt sous les traits d’un être que la Déesse à porté entre ses bras. Pensez aux milliers de prêtresses qui le vénèrent quotidiennement. Invoquez-le afin qu’il apporte son appui à la défense des droits des femmes. Demandez-vous comment le concept d’un Dieu haïssant ses enfants pourrait-il être fondé ?
Le Dieu vous apparaît-il comme celui qui donne la mort ?
N’oubliez pas que la mort est une étape nécessaire et que la Déesse vous fait renaître.
Le Dieu est-il à vos yeux celui qui apporte la guerre ?
Songez que les hommes ont tout simplement exploité son aspect sombre à des fins guerrières. N’oubliez pas cependant que la guerre est rarement de nature religieuse : elle a pour mobiles principaux, la politique et l’argent. la religion n’est souvent qu’un prétexte.
Voyez-vous le Dieu comme un juge, comme celui qui précipite les âmes humaines dans le feu de l’enfer ?
Les wiccas ne croient pas à l’existence de l’enfer ; personne ne nous jettera en un lieu quelconque et le Dieu nous porte un amour inconditionnel.
Imaginez-vous le Dieu comme un esprit inconnaissable et terrible rôdant autour de la terre ?
Reconnaissez-le plutôt sous les traits de vos amis masculins, dans les yeux des jeunes garçons. Voyez-le dans le pain sortant du four, les grappes de raisins, les sommets coiffés de neiges éternelles, le soleil qui réchauffe la terre et nous fournit la nourriture de même que tous les outils nécessaires à notre existence.
J’espère que ces idées serviront à ceux pour qui il est difficile de prendre contact avec le Dieu. C’est un problème majeur et aussi l’une des raisons pour lesquelles le culte de la Déesse est si répandu de nos jours ; au fil des siècles, les humains ont transformé un dieu de fertilité bienveillant en un monstre assoiffé de sang. Effacez ces images de votre esprit et concentrez-vous sur les autres aspects du Dieu.
D’autre part, il est possible que vous ayez vu le Dieu, dans une vision, un rêve ou au cours d’une méditation. Il a pu vous apparaître au milieu de la fumée d’encens pendant un rituel. Sinon, il peut encore se manifester à vous sous une forme visible.
Voici comment certains wiccas se représentent le Dieu :
« Il se tient debout sur une colline, la peau de son corps nu tannée par le soleil. Il a une longue chevelure noire, son menton et ses joues n’ont jamais été touchés par le rasoir. Dans sa main, un couteau d’or miroite au soleil ; des céréales et des légumes sont entassés à ses pieds ».
« Vêtu d’une tunique brune toute simple, Il tient un bébé d’une main et la main d’une femme âgée de l’autre. des fleurs séchées – symbolisant la fertilité et la cessation de celle-ci – sont entremêlées à sa barbe. Il se tient debout dans le demi-jour. »
« Le Dieu porte des fourrures, mais il a les pieds nus. Je l’aperçois entre les arbres d’une forêt ; il porte une coiffure avec des cornes et un sanglier marche sur ses pas. Il a passé un arc à son épaule et tient un javelot dans sa main. L’expression belliqueuse de son visage est tempérée par la sollicitude de son regard. »
Par ailleurs, certains empruntent leurs représentations du Dieu au domaine culturel :
« Je le vois sous les traits de Pan ».
« Le Dieu m’apparaît sous l’aspect du Grand Père ».
« Sous les traits de Belinus. »
« Osiris »
« Appollon ».
Les Wiccas utilisent certains symboles pour représenter le Dieu, lorsqu’ils créent leurs poèmes et leurs rituels. Comme nous pouvons l’imaginer, ils sont moins nombreux que ceux de la Déesse.

  • Dieu du soleil. (Soleil ; or ; cuivre ; feu de joie ; chandelles.)
  • Dieu de la fécondité humaine. (Glands ; cônes de pin ;bâtons)
  • Dieu de la terre. Céréales ; pierres ; vallées ; semences ; forêts ; taureau ; serpent ; poisson ; loup ; aigle ; lézard.)
  • Dieu de l’été . (Brasiers ; lumière du jour ; le sud)
  • Dieu de la chasse. (Cornes ; lances ; carquois ; flèches.)
  • Dieu de la mort et de la renaissance. (Coucher du soleil ; hiver ; grandes ; feuilles séchées ; faucilles ; nuit ; l’ouest.)
  • Dieu du châtiment, de la guerre et des conflits. (Il est préférable ne pas invoquer cet aspect.)
N’oubliez pas que le Dieu tient une place aussi importante que la Déesse dans le paganisme contemporain. Le Dieu n’est pas menaçant, sauf si vous choisissez de vous concentrer sur ses aspects redoutables. (Cela s’applique également à la Déesse).
Il peut incarner la compassion, l’aspect protecteur et nourricier de la masculinité, mais il vous appartient de le découvrir.


NOTE:
Je ne peux m’empêcher de penser que certains d’entre vous ne se sentent peut-être pas en cause lorsque je parle de voir la Déesse et le Dieu. Ne vous en faites pas. Par le terme « voir » je ne veux pas dire lever les yeux et constater que la Déesse est présente physiquement dans la pièce, juste devant nous, alors que nous sommes pleinement éveillés. Les visites de ce genre sont si rares qu’il est superflu de les attendre.
Lorsque nous sommes dans un état de conscience modifié, nos chances de voir la Déesse et le Dieu s’améliorent. il y a une forte probabilité pour que nous les voyions dans le cercle quand nous accédons à la conscience rituelle. Comme je l’ai dit précédemment, nous pouvons aussi les apercevoir en rêve ou pendant nos méditations.
La première fois que j’ai vu la Déesse, j’étais assis devant l’autel à l’intérieur du cercle, occupé à méditer sur elle. Même si cela arrive parfois, il ne faut pas vous attendre à voir physiquement les formes extérieures de la Déesse et du Dieu.
Vous devez comprendre également qu’ils vous apparaîtront peut-être sous un aspect très différent de celui qu’ils présentent à autrui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Créer sa tradition (de scott cunningham)   Jeu 23 Aoû - 0:58


15
LES OUTILS, L’AUTEL ET LA TENUE RITUELLE



LES OUTILS :
Les traditions wiccas utilisent pour la plupart les mêmes outils, même si on compte quelques instruments supplémentaires chez certains groupes. Puisque les outils sont pratiquement indispensables à la célébration du rituel wicca, vous n’aurez pas à consacrer des heures au choix des instruments qui feront partie de votre tradition. Cependant, vous pouvez choisir leur forme, leur symbolisme ainsi que l’usage que vous en ferez dans les rituels.
Passons en revue les principaux outils de la Wicca :

  •  Images de la Déesse et du Dieu. Dans plusieurs traditions, celles-ci sont disposées sur l’autel. Il existe de nombreux types d’images. Certaines se contentent d’utiliser des chandelles ; d’autres font appel à des objets naturels pour se représenter la Déesse et le Dieu. Certains wiccas utilisent des figurines fabriquées à la main ou des dessins. On trouve, sur le marché, de l’argile qui durcit à la chaleur d’un four conventionnel. Vous pouvez vous en servir pour créer vos représentations personnelles de la Déesse et du Dieu (les ouvrages sur l’archéologie constituent une excellente source de modèles.)
  •  Le Livre des Ombres. Ce document manuscrit rapporte l’essentiel de toute tradition wicca : les rites, les règles, les procédés magiques et plusieurs autres informations. (Voir le chapitre 21)
  •  L’athamé. (le couteau à manche noir). Il sert à diriger l’énergie lors de la création du cercle magique.
  •  L’encensoir. On y brûle l’encens ou les herbes afin de purifier l’espace rituel et de solliciter la présence de la Déesse et du Dieu. (On emploie également une boite, un bol ou une bouteille de petite dimension pour contenir l’encens non utilisé.)
  •  La coupe (ou le calice) . Celle-ci contient le vin, l’eau ou tout autre liquide qui sera utilisé au cours du rituel.
  •  Le couteau à manche blanc. D’emploi courant, on l’utilise pour couper, soit à l’intérieur du cercle, soit à l’intérieur et à l’extérieur de celui-ci.
  •  Le sel. On s’en sert habituellement pour la projection du cercle, la consécration des outils et divers autres usages.
  •  L’eau. Pour la purification du cercle.
  • 50
  •  Le pentacle. Il s’agit d’un disque aplati ou d’un dessous-de-plat, tout au moins du symbole de l’étoile à cinq branches.
  •  Le bâton. Un outil traditionnel servant généralement à la mobilisation du pouvoir ou lorsque l’on invoque la présence de certains êtres à l’intérieur du cercle.
Si je dresse ici la liste des outils, c’est qu’ils font partie intégrante de la Wicca et que toutes les traditions wiccas devraient utiliser la majorité, si ce n’est l’ensemble de ceux-ci. Pour quelle raison ? parce que les outils sont au nombre des éléments extérieurs de la Wicca par lesquels nous exprimons le caractère de notre religion. Si vous avez créé une tradition qui ne fait jamais appel à ces outils, ce n’est probablement pas une tradition wicca. Il convient donc de les utiliser, à moins que vous ne décidiez d’inventer vos propres outils.
Vous pouvez inclure dans votre tradition wicca des outils dont l’usage est moins répendu, si vous trouvez bon de le faire.
 Le chaudron. Les chaudrons, employés comme symboles de la Déesse par certains wiccas, peuvent devenir l’élément central des rites religieux. On allume parfois des feux à l’intérieur de ceux-ci.
 La cloche. On peut sonner la cloche à des moments précis au cours du rituel.
 Le balai. Avant de célébrer un rituel, mon premier instructeur purifiait toujours l’espace rituel avec son balai.
 Les cordes. Les cordes revêtent une importance spéciale au sein des groupes initiatiques, où elles symbolisent souvent les liens d’affections et de responsabilité existant entre les membres ; elles sont également utilisées dans certains rites initiatiques. Bien sûr, les cordes peuvent être employées par le pratiquant individuel de la wicca, mais il n’est pas nécessaire de les laisser constamment sur l’autel. les cordes sont l’outil typique des travaux des covens.
 La nappe d’autel. certaines traditions wiccas prescrivent de disposer sur l’autel une nappe d’une couleur spécifique. Ces nappes peuvent être ornées de broderies ou de peintures à motifs particuliers (tels que les pentagrammes.) Toutefois, bon nombre de traditions ne les utilisent pas. (Mon premier instructeur disposait généralement une nappe de couleur blanche sur l’autel à l’occasion de la pleine lune. En toute franchise, je n’arrive pas à me rappeler si nous utilisions des nappes pour les sabbats )
La liste de ces outils peut s’allonger : bouteilles d’huiles rituelles, éteignoirs, cuillères à encens et épées viennent immédiatement à l’esprit. de temps à autre, d’autres objets sont disposés sur l’autel avec les outils : des fleurs ou des légumes verts de la saison ; des dessins, des runes ou des photographies destinés à des pratiques magiques.
Vous devez toujours vous fier à votre expérience personnelle pour choisir les outils dont vous vous servirez dans votre nouvelle tradition. Peut-être avez-vous lu à un endroit que l’athamé doit posséder deux tranchants et à n autre, qu’il doit en avoir un seul. Certains ouvrages disent que l’athamé doit avoir une lame bien aiguisée alors que d’autres affirment le contraire. Il vous appartient de déterminer ce qui vous convient le mieux.
Faites votre choix et restez-lui fidèle.
Rédigez vos choix, d’abord au brouillon et finalement dans votre Livre des Ombres (voir chapitre 21). Vous pouvez très bien écrire dans votre Livre des Ombres, « L’athamé – un couteau à deux tranchants et à manche noir servant à diriger le pouvoir. Il n’a pas besoin d’être parfaitement tranchant. » Ceci deviendra alors un élément de votre tradition.
L’AUTEL
L’autel revêt une importance primordiale en tant que centre physique de vos observances religieuses. Il existe des théories variées en ce qui concerne le symbolisme et la disposition
51
exacte des outils sur l’autel. toutefois, on conteste rarement que l’autel soit nécessaire. Encore une fois, l’autel ne fait pas le wicca, mais son emploi constitue l’un des points de référence de la pratique de la Wicca.
Peu importe à quel point nous pouvons apprécier les rituels spontanés célébrés au clair de lune au milieu de la forêt, au coucher du soleil en plein désert, ou étendu sur l’herbe d’un pré verdoyant, le rituel formel constitue un élément fondamental de la tradition séculaire de la Wicca et celui-ci est (généralement) célébré sur un autel.
Plusieurs ouvrages présentent des arrangements et des modèles dont vous pourrez vous inspirer pour créer les vôtres. Puisque la majorité des traditions wiccas adoptent un arrangement d’autel particulier, votre tradition peut faire de même. Voici quelques notions de base :
 Voici qui résume assez bien les opinions wiccas sur la forme qui convient à l’autel : l’autel est toujours circulaire ; l’autel est toujours de forme carrée ; l’autel est toujours rectangulaire ; l’autel peut avoir différentes formes. Plusieurs choisissent d’utiliser l’autel circulaire pour en faire un symbole, notamment de la Déesse. A vous de choisir.
 L’image, ou le symbole, de la Déesse peut être placée du côté gauche de l’autel devant lequel vous vous tenez et l’image du Dieu, du côté droit.
 Les outils associés à la Déesse (le calice, les cloches, les sistres, les balais, les chaudrons) sont souvent disposés du côté gauche de l’autel et ceux associés au Dieu (les épées, les bâtons, le couteau à manche blanc, le plateau de sel, l’encensoir) du côté droit. D’autres outils peuvent être disposés au centre : le pentacle, l’encensoir, les fleurs ou légumes verts fraîchement cueillis.
 Il existe une méthode complètement différente de disposer l’autel qui tient compte des éléments naturels. Les outils correspondants à la terre (pentacle et sel) sont disposés au nord ; à l’est, l’encensoir et l’encens représentant l’air ; une chandelle de couleur rouge est placée au sud, alors que le bol d’eau, le calice, le chaudron, la cloche et autres instruments sont placés à l’ouest. (Cette méthode et celle décrite plus haut ne peuvent être employées simultanément ; aucune n’est supérieure à l’autre.)
 Les chandelles sont généralement disposées là où il est difficile de les renverser, par exemple vers l’arrière de l’autel.
 Laissez un espace libre sur l’autel pour y déposer votre Livre des Ombres ouvert. Sinon, fabriquez ou dénichez un support sur lequel vous déposerez le Livre durant les rituels. Même si normalement nous devrions mémoriser nos rituels, nous pouvons tous avoir des absences et il est commode d’avoir un aide-mémoire sous la main.
 L’autel est sacré. Non pas que la Déesse et le Dieu se trouvent à l’intérieur de celui-ci, mais parce que nous utilisons l’autel et les outils qu’il supporte à des fins spirituelles. Par conséquent, on ne devrait trouver sur l’autel que les objets directement associés à la Wicca ou aux rites magiques accomplis à l’intérieur du cercle.
 Après une célébration rituelle, si l’autel est employé à d’autres fins (peut-être comme table basse), il cesse alors d’être un autel. Cette table ne devient un autel que si elle est couverte des outils de notre religion et sert d’élément central dans les rituels
En vous inspirant de ces considérations générales et en examinant les arrangements d’autels proposés en exemple dans d’autres ouvrages sur la Wicca, vous devriez être en mesure de trouver une disposition appropriée à votre tradition personnelle.
Incluez un croquis ou un schéma de la disposition de votre autel dans votre livre des Ombres.
Il importe que vous sachiez pourquoi vous choisissez cet arrangement particulier. Si vous choisissez de placer l’athamé juste devant une image de la Déesse, pointe tournée vers le symbole, vous devez savoir pourquoi vous avez pris cette décision.
LES ROBES CEREMONIELLES :
52
De nombreux wiccas revêtent des robes spécialement confectionnées pour le culte. D’ordinaire, les vêtements de ce genre sont réservés à la pratique rituelle ; ils peuvent être très dépouillés ou ornés de symboles ou de broderies.
Certains pratiquent la Wicca dans la nudité. Il s’agit d’un choix personnel. Bien que la robe cérémonielle puisse sembler superflue pour le wicca solitaire qui pratique nu, il est toujours bon d’avoir une robe en réserve au cas où vous changeriez d’idée ou seriez invité à participer à un rituel où la robe est exigée. Ce sont des choses qui arrivent.
On trouvera des patrons de robes dans la majorité des boutiques vendant des tissus au mètre. Si vous confectionnez votre propre robe, choisissez un tissu de fibres naturelles. Le polyester et les autres fibres synthétiques vous donneront une sensation de chaleur et d’inconfort à l’intérieur du cercle et ne vous aideront sûrement pas à établir des rapports avec les déités de la nature.
Plusieurs boutiques d’occultisme et entreprises de vente par correspondance offrent également des robes cérémonielles.
LES BIJOUX RITUELS :
Quand je parle de bijoux rituels, j’exclus les bagues et les colliers portés quotidiennement, et cela même s’ils représentent la Déesse ou le Dieu. Cette expression s’applique strictement aux bijoux portés à l’intérieur du cercle, à des fins rituelles.
Plusieurs traditions wiccas estiment que le collier constitue l’ornement idéal pour la femme, car il est à la fois un symbole de la Déesse et de la réincarnation. Quelques traditions ne sont pas loin d’exiger le port du collier aux femmes qui se trouvent à l’intérieur du cercle.
D’autres traditions peuvent utiliser les bagues et les bracelets (ordinairement des bracelets plats marqués de runes ou de symboles) lors du rituel. En règle générale, la célèbre jarretière n’est portée que par les grandes prêtresses de certaines traditions.
Vous pouvez tout simplement porter les bijoux de votre choix à l’intérieur du cercle. L’autre solution consiste à mettre un bijou particulier que vous dédiez expressément à votre tradition personnelle ou même à mentionner dans le Livre des Ombres que le port d’un bijou spécifique (par exemple, une bague sertie d’une pierre de lune) est requis en toute occasion à l’intérieur du cercle.
Si vous êtes expert dans l’art de fabriquer des bijoux, pourquoi ne pas créer une pièce originale : un collier de perles, une bague ou un pendentif réalisé par la technique de moulage à cire perdue.
N’oubliez pas que le bijou rituel ne doit pas être porté à l’extérieur du cercle. Lorsque cela se produit, il perd ses propriétés spéciales et ne sert plus d’intermédiaire rituel. Il existe d’autres bijoux pour toutes les heures de la journée, mais si vous décidez d’employer des bijoux rituels, réservez-les pour le cercle.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Créer sa tradition (de scott cunningham)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Créer sa tradition (de scott cunningham)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Des Crânes déformés et une étrange tradition
» Métier, tradition et phobie !!
» Bestiaire mythique, légendaire et merveilleux dans la tradition celtique...
» Scott Westerfeld - Uglies etc...
» Tradition du Carnaval

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum de La Wicca :: Pratique :: Les différents courants dans la Wicca-
Sauter vers: