AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le Karma c'est quoi?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
moondragon

avatar

Masculin Messages : 8
Age : 55
Localisation : Lausanne Suisse

MessageSujet: Le Karma c'est quoi?   Mar 6 Aoû - 0:04

Petite rectification après avoir lu un peu n'importe quoi sur le sujet.

Théorie du Karma

Definition wikipedia :

Karma (en devanāgarī कर्म, de la racine KRI, signifie « acte », « action », « rite »)1 est un terme sanskrit utilisé dans plusieurs religions orientales. Pour ces religions, la notion de karma désigne communément le cycle des causes et des conséquences liées à l'existence des êtres sensibles. Il est la somme de ce qu'un individu a fait, est en train de faire ou fera. Dans les religions ayant adopté les concepts de réincarnation ou de renaissance, tout acte (karma) induit des effets, effets censés se répercuter sur les différentes vies d'un individu et formulant la part du destin (ce à quoi on ne peut échapper, malgré notre volonté, la part des choses que l'on ne choisit pas) dans les vies suivantes.
Le terme se transcrit également Kamma (depuis le pali), yè (en chinois classique 業 et simplifié 业), rinne gō (japonais), las (en tibétain), et kan (birman).
La loi du karma est un concept central dans nombre de religions indiennes, telles que l'hindouisme, le sikhisme, le bouddhisme ou le jaïnisme. Chaque être y est responsable de son karma (de ses actes), et donc de sa sortie du Saṃsāra (cycle des réincarnations). Les premières références au karma auraient pour origine les Upaniṣad.
Le concept de karma est également présent dans les doctrines de différents mouvements ésotériques occidentaux.


La roue de la vie, ou roue karmique d'après le bouddhisme.

Le karma peut désigner la somme des actes qu'un être accomplit au cours de ses vies passées, présentes et futures. C'est une notion centrale de la religion hindouiste. D'après l'ayurvéda, les mauvais karma/actes sont à l'origine de la santé, bonne ou mauvaise, et donc des maladies, qui sont considérées comme démons combattus par des Déesses, telle Mariamman.



Karma est la loi de la causalité morale. La théorie du karma est une doctrine fondamentale dans le bouddhisme. Cette opinion est très répandue en Inde avant l'avènement du Bouddha. Néanmoins, c'est le Bouddha qui a expliqué et  formulé cette doctrine sous la formulaire complète que nous avons aujourd'hui.
Quelle est la cause de l'inégalité qui existe entre les hommes?
Pourquoi une personne devrait être élevée dans le luxe, dotée de qualités mentales, morales et physiques fines, et une autre dans la pauvreté absolue, ancrée dans la misère?
Pourquoi une personne devrait être un prodige mental, et un autre un idiot?
Pourquoi une personne devrait être née avec des caractéristiques saintes et une autre avec des tendances criminelles?
Pourquoi certains devraient être linguistiques, artistiques, mathématiquement inclinés ou musicalement doués dès le berceau?
Pourquoi les autres devraient être congénitalement aveugles, sourds ou déformés? |
Pourquoi certains devraient être bénis ou maudits des autres à partir de leur naissance?
Soit cette inégalité de l'humanité a une cause, ou c'est purement accidentel. Aucune personne sensée ne songerait à attribuer cette inégalité, cette inégalité et cette diversité au hasard aveugle ou pur hasard.
Dans ce monde rien n'arrive à une personne qui ne le fait pas pour une raison ou une autre. Habituellement, les hommes d'intelligence ordinaire ne peuvent pas comprendre la ou les raisons réelles. La ou les causes de l'effet visible, l'invisible défini ne sont pas nécessairement confinés à la vie présente, ils peuvent être attribués à une naissance passée proximité ou à distance.
Selon le bouddhisme, cette inégalité est due non seulement à l'hérédité, l'environnement, "nature et culture", mais aussi au Karma. En d'autres termes, il est le résultat de nos propres actions passées et nos propres faits et gestes présents. Nous nous sommes responsables de notre propre bonheur et  malheur. Nous créons notre propre ciel. Nous créons notre propre enfer. Nous sommes les architectes de notre propre destin.
Perplexe devant ce qui semble inexplicable, apparente disparité qui existait entre l'humanité, un chercheur de vérité jeune s'approcha du Bouddha et lui interrogé au sujet de ce problème complexe de l'inégalité:
"Quelle est la cause, quelle est la raison, ô Seigneur» questionné-il, "que l'on trouve parmi les hommes de la courte durée et longue durée de vie, la santé et les malades, le laid et le beau, ceux qui n'ont pas l'influence et la puissance , les pauvres et les riches, les bas-né et la haute naissance, et l'ignorant et le sage? "
La réponse du Bouddha était:
"Tous les êtres vivants ont des actions (karma) comme le leur, leur héritage, leur cause congénitale, leur parent, leur refuge. C'est Karma qui différencie les êtres dans les états bas et haut."
Il a ensuite expliqué la cause de ces différences, conformément à la loi de cause à effet.
Certes, nous sommes nés avec des caractéristiques héréditaires. Dans le même temps, nous possédons certaines capacités innées que la science ne peut pas expliquer adéquatement. Pour nos parents, nous sommes reconnaissants pour le sperme et l'ovule brut qui forme le noyau de cet être dite. Ils restent dormantes au sein de chaque parent jusqu'à ce composé germinal potentiel est dynamisée par l'énergie karmique nécessaire pour la production du fœtus. Karma est donc la cause conceptive indispensable de cet être.
Les tendances karmiques accumulées, héritées au cours de vies antérieures, parfois jouent un rôle beaucoup plus important que les cellules parentales héréditaires et gènes dans la formation des caractéristiques physiques et mentales.
Le Bouddha, par exemple, a hérité, comme toute autre personne, les cellules reproductrices et les gènes de ses parents. Mais physiquement, moralement et intellectuellement il n'y avait rien comparable à lui dans sa longue lignée d'ancêtres royaux. Selon les propres mots du Bouddha, il appartenait pas à la lignée royale, mais à celle de la race aryenne bouddhas. Il était certainement un surhomme, une création extraordinaire de son propre karma.
Selon le Lakkhana Sutta de Digha Nikaya, le Bouddha a hérité des caractéristiques exceptionnelles, telles que les 32 grandes marques, comme le résultat de ses actes méritoires passées. La raison éthique pour l'acquisition de chaque caractéristique physique est clairement expliqué dans le Sutta.
Il est évident à partir de ce cas unique que les tendances karmiques pourraient non seulement influent sur notre organisme physique, mais aussi annulent la potentialité des cellules parentales et de gènes - d'où l'importance de la déclaration énigmatique du Bouddha, - "Nous sommes les héritiers de nos propres actions. "
Faire face à ce problème de variation, le Atthasalini, étant un commentaire sur l'Abhidharma, déclare:
"Selon cette différence de Karma semble que les différences dans la naissance des êtres, haut et bas, la base et exalté, heureux et malheureux. Selon la différence de Karma apparaît la différence dans les caractéristiques individuelles des êtres comme beau et du laid, haut né ou faible né, bien construit ou déformée. Selon la différence de Karma apparaît la différence dans des conditions matérielles des êtres, tels que le gain et la perte, et la honte, le blâme et la louange, le bonheur et la misère ".
Ainsi, d'un point de vue bouddhiste, nos différences intellectuelles et morales présentes capricieux mentales, sont, pour la plupart, en raison de nos propres actions et les tendances du passé et du présent.
Bien que le bouddhisme attribue cette variation à Karma, comme étant la principale cause parmi une variété, il n'a pas, cependant, affirment que tout est dû au karma. La loi du karma, aussi important soit-il, n'est que l'un des vingt-quatre conditions décrites dans la philosophie bouddhiste.
Réfutant l'idée erronée que «tout ce bonheur ou le malheur subi est dû à une action précédente», le Bouddha a dit:
"Ainsi donc, selon ce point de vue, en raison de hommes d'action précédents deviendront meurtriers, des voleurs, des impudiques, les menteurs, calomniateurs, cupides, malveillants et pervers. Ainsi, pour ceux qui retombent sur les anciens actes que la raison essentielle, il n'est ni le désir de faire, ni effort à faire, ni la nécessité de faire cet acte ou à s'abstenir de cet acte ".
C'était ce texte important, qui stipule la croyance que toutes les circonstances physiques et ressort des attitudes mentales uniquement du Karma passé que Bouddha contredites. Si la vie présente est totalement conditionnée ou entièrement contrôlée par nos actions passées, alors certainement Karma revient au fatalisme ou de déterminisme ou de la prédestination. Si cela était vrai, le libre arbitre serait une absurdité. La vie serait purement mécaniste, pas très différent d'une machine. Être créé par un Dieu tout-puissant qui contrôle notre destin et prédétermine notre avenir, ou celui produit par un Karma irrésistible qui détermine complètement notre sort et contrôle le cours de notre vie, indépendamment de toute action libre de notre part, est essentiellement le même. La seule différence réside dans les deux mots Dieu et Karma. On pourrait facilement se substituer à l'autre, parce que l'opération ultime de ces deux forces serait identique.
Une telle doctrine fataliste n'est pas la loi bouddhiste de Karma.
Selon le bouddhisme, il ya cinq ordres ou processus (niyama) qui opèrent dans les domaines physique et mentale.
Ils sont les suivants:
1. Utu Niyama - afin inorganique physique, par exemple phénomènes saisonniers des vents et des pluies. L'ordre infaillible des saisons, les changements saisonniers caractéristiques et les événements, les causes des vents et des pluies, la nature de la chaleur, etc, appartiennent tous à ce groupe.
2. Bija Niyama - afin de germes et de graines (ordre physique organique), par exemple riz produit à partir de semences de riz, le goût sucré de la canne à sucre ou du miel, des caractéristiques particulières de certains fruits, etc La théorie scientifique de cellules et de gènes et la similitude physique des jumeaux peut être attribuée à cet ordre.
3. Karma Niyama - afin de l'acte et le résultat, par exemple, des actes désirables et indésirables produire bons et les mauvais résultats correspondants. Aussi sûrement que l'eau cherche son propre niveau pour ne Karma, étant donné l'occasion, produire son résultat inévitable, et non sous la forme d'une récompense ou une punition mais comme une séquence innée. Cette séquence de l'acte et l'effet est aussi naturel et nécessaire que la manière du soleil et de la lune.
4. Dhamma Niyama - ordre de la norme, par exemple, les phénomènes naturels se produisant à l'avènement d'un Bodhisattva dans son dernier accouchement. Gravitation et d'autres lois similaires de nature. La raison naturelle pour être bon et ainsi de suite, peut être incluse dans ce groupe.
5. Citta Niyama - commandez ou mentale ou psychique loi, par exemple, les processus de la conscience, et de périr découlant de la conscience, les constituants de la conscience, la puissance de l'esprit, etc, y compris la télépathie, telaesthesia, rétro-cognition, prémonition, la clairvoyance, la clairaudience, pensait- la lecture et les autres phénomènes psychiques qui sont inexplicables à la science moderne.
Tout phénomène physique ou mentale pourrait être expliquée par ces embrasse tout cinq ordres ou de procédés que les lois en elles-mêmes. Karma en tant que telle est une seule de ces cinq ordres. Comme toutes les autres lois de la nature, ils n'en demandent pas législateur.
De ces cinq, l'ordre inorganique physique et l'ordre de la norme sont plus ou moins mécanique, mais ils peuvent être contrôlés dans une certaine mesure par l'ingéniosité humaine et la puissance de l'esprit. Par exemple, le feu brûle normalement, et le gel de froid extrême, mais l'homme a marché scatheless sur le feu et médité nu sur les neiges himalayennes, les horticulteurs ont accompli des merveilles avec des fleurs et des fruits; yogis ont effectué lévitation. Loi psychique est tout aussi mécaniste, mais la formation bouddhiste vise à contrôle de l'esprit, ce qui est possible par la juste compréhension et la volonté adroit. la loi de Karma fonctionne tout à fait automatiquement et, lorsque le Karma est puissant, l'homme ne peut pas interférer avec le résultat inexorable s'il peut désirer le faire, mais ici aussi juste compréhension et la volonté habile peut accomplir beaucoup et moule le futur. Good Karma, a persisté dans, peut contrecarrer la moisson de mauvais karma, ou, comme certains chercheurs occidentaux préfèrent dire 'influence de l'action », est certainement une loi complexe dont le fonctionnement est entièrement comprise que par un Bouddha. Le bouddhiste vise à la destruction finale de tous Karma.
Qu'est-ce que le karma?
Le terme Karma Pali signifie littéralement une action ou faire. Tout type d'action intentionnelle qu'elle soit mentale, verbale ou physique, est considéré comme Karma. Il couvre tout ce qui est inclus dans l'expression «pensée, en parole et en action". D'une manière générale, toutes les bonnes et mauvaises actions constitue Karma. Dans son Karma sens ultime signifie toute volonté morale et immorale. Actions involontaires, involontaire ou inconscient, mais les actes techniquement, ne constituent pas Karma, parce que la volonté, le facteur le plus important dans la détermination de Karma, est absent.
Le Bouddha dit:
«Je déclare, ô bhikkhus, que la volition est le karma. Ayant voulu on agit par le corps, la parole et la pensée». (Anguttara Nikâya)
Chaque action volontaire des individus, sauf ceux des bouddhas et Arahants, est appelé Karma. L'exception faite dans leur cas, c'est parce qu'ils sont livrés à la fois bien et le mal, ils ont ignorance et le désir d'éradiquer les racines du Karma.
"Détruites sont leurs graines germinales (Khina bija); désirs égoïstes ne cultivent plus», affirme le Ratana Sutta du Sutta nipata.
Cela ne signifie pas que le Bouddha et Arahantas sont passifs. Ils sont inlassablement travaillé activement pour l'être vraiment bien et le bonheur de tous. Leurs actes ordinairement considérées comme de bonnes ou moral, manque la puissance créatrice comme eux-mêmes égards. Comprendre les choses telles qu'elles sont réellement, ils ont finalement brisé leurs chaînes cosmiques - la chaîne de cause à effet.
Karma ne signifie pas nécessairement actions passées. Il englobe à la fois les actes passés et présents. Ainsi, dans un sens, nous sommes le résultat de ce que nous étions, nous serons le résultat de ce que nous sommes. Dans un autre sens, il convient d'ajouter, nous ne sommes pas tout à fait le résultat de ce que nous étions, nous ne serons pas absolument être le résultat de ce que nous sommes. Le présent est sans doute le fruit du passé et le présent de l'avenir, mais le présent n'est pas toujours un véritable indice soit du passé ou l'avenir; complexe est donc le fonctionnement du Karma.
C'est cette doctrine du karma que la mère apprend à son enfant quand elle dit «être bon et vous serez heureux et nous vous aimer, mais si vous êtes mauvais, vous serez malheureux et nous n'allons pas vous aimer." En bref, Karma est la loi de cause à effet dans le domaine éthique.
Karma et Vipaka
Karma est action, et Vipaka, fruit ou le résultat, c'est sa réaction.
De même que chaque objet est accompagné d'une ombre, même si chaque activité volontaire s'accompagne inévitablement de son effet dû. Le karma est comme une graine potentiel: Vipaka pourrait s'apparenter au fruit résultant de l'arbre - l'effet ou le résultat. Anisamsa et Adinaya sont les feuilles, les fleurs et ainsi de suite qui correspondent aux différences externes tels que la santé, la maladie et la pauvreté - ce sont des conséquences inévitables qui se produisent en même temps. Strictement parlant, les deux Karma et Vipaka se rapportent à l'esprit.
Comme Karma peut être bon ou mauvais, donc peut Vipaka, - le fruit - est bonne ou mauvaise. Comme Karma est mental si Vipaka est mental (de l'esprit). Il est connu que le bonheur, le bonheur, le malheur ou la misère, selon la nature de la graine de Karma. Anisamsa sont les avantages concomitants - des choses matérielles telles que la prospérité, la santé et la longévité. Quand matériels concomitants choses de Vipaka sont désavantageux, ils sont connus comme Adinaya, pleine de misère, et apparaissent comme la pauvreté, la laideur, la maladie, durée de vie courte et ainsi de suite.
Comme nous semons, nous récoltons quelque part et parfois, dans sa vie ou dans une future naissance. Ce que nous récoltons aujourd'hui ce que nous avons semé, soit dans le présent ou dans le passé.
Le Samyutta Nikâya-Unis:
"Selon la graine qui est semée,
Alors, est le fruit vous récoltez là depuis,
Bienfaisant rassemblera bon,
Doer du mal, le mal récolte,
Down est la graine et le goût de tu
Le fruit de celui-ci ».
Le karma est une loi en soi, qui opère dans son propre domaine, sans l'intervention d'aucune, agence dirigeante externe indépendant.
Le bonheur et la misère qui sont le lot commun de l'humanité, sont les effets inévitables de causes. D'un point de vue bouddhiste, ils ne sont pas les récompenses et les punitions, attribués par un pouvoir de décision omniscient surnaturel à une âme qui a fait du bien ou du mal. Théistes, qui tentent d'expliquer tout cela et temporelle vie et dans la vie future éternelle, ignorant un passé, croient en une justice «post-mortem», et peuvent considérer bonheur présent et la misère comme des bénédictions et des malédictions conférées à sa création par un omniscient et Règle Divine omnipotent qui siège dans les cieux au-dessus de contrôler le destin de la race humaine. Le bouddhisme, qui nie catégoriquement une telle Puissant et miséricordieux de Dieu Créateur et une âme immortelle créée arbitrairement, croit dans le droit naturel et de la justice qui ne peut être suspendu soit par un Dieu tout-puissant ou un Bouddha Tout Compatissant. Selon cette loi naturelle, actes portent leurs propres récompenses et de punitions à l'acteur individuel, si la justice humaine découvre ou non.
Il ya certains qui critiquent ainsi: «Alors, vous les bouddhistes aussi, administrez opium capitaliste au peuple, en disant:« Vous êtes né pauvre dans cette vie à cause de votre mauvais karma passé. Il est né riche en raison de son bon karma. Alors, soyez satisfait de votre humble beaucoup, mais faire du bien d'être riche dans votre prochaine vie. Vous êtes opprimés maintenant à cause de votre mauvais karma passé. Il est de votre destin. Soyez humble et supporter vos souffrances avec patience. Faites du bien à présent. Vous pouvez être certain d'une meilleure et plus heureuse vie après la mort. "
La doctrine bouddhiste de Karma n'expose pas ces opinions ridicules fatalistes. Pas plus qu'il ne revendiquer une justice post-mortem. Le Bouddha Tout-Miséricordieux, qui n'avait pas de motifs égoïstes inavoués, n'a pas enseigné cette loi du karma pour protéger les riches et réconforter les pauvres en leur promettant bonheur illusoire en une vie après la mort.
Alors que nous sommes nés dans un état créé par nous-mêmes, mais par nos propres efforts autogérés il ya toutes les chances pour nous de créer de nouveaux environnements favorables, même ici et maintenant. Non seulement individuellement, mais aussi collectivement, nous sommes libres de créer Karma douce qui mène soit vers notre progression ou la chute dans cette vie même.
Selon la doctrine bouddhiste de Karma, on n'est pas toujours obligé par une «nécessité de fer», pour Karma n'est ni fatalité, ni prédestination nous imposer par une force mystérieuse inconnue à laquelle nous devons nous soumettre impuissant. Il est son propre fait réagir sur soi-même, et donc on a la possibilité de détourner le cours de son karma dans une certaine mesure. Dans quelle mesure on détourne cela dépend de soi-même.
Est l'un lié à récolter tout ce que l'on a semé dans juste proportion?
Le Bouddha apporte une réponse:
«Si quelqu'un dit que l'homme ou la femme doivent récolter dans cette vie selon ses actes présents, dans ce cas, il n'ya pas de vie religieuse, ni une occasion offerte pour l'ensemble de l'extinction de la souffrance. Mais si quelqu'un dit que ce qu'un homme ou femme récolte dans cette vie et l'avenir des accords avec ses actes présents et passés, dans ce cas, il ya une vie religieuse, et l'occasion est offerte pour l'ensemble de l'extinction d'une peine. " (Anguttara Nikâya)
Bien qu'il soit indiqué dans le Dhammapada que «pas dans le ciel, ni au milieu de l'océan, ou d'entrer dans une grotte de la montagne se trouve cet endroit sur terre où l'on peut échapper (les conséquences de) une mauvaise action", mais on n'est pas tenu de payer tous les arriérés de son Karma. Si tel était le cas, l'émancipation serait impossible. Éternel retour serait le résultat malheureux.
Quelle est la cause du karma?
Ignorance (avijja), ou ne sachant pas les choses telles qu'elles sont réellement, est la principale cause du karma. Dépendant de l'ignorance naissent activités (avijja paccaya samkhara) Les États Bouddha dans le Paticca samuppada (l'interdépendance).
Associée avec l'ignorance est le désir allié (tanha), l'autre racine du Karma. Mauvaises actions sont conditionnées par ces deux causes. Toutes les bonnes actions d'un mondain (putthujana), mais associées aux trois racines saines de générosité (alobha), le goodwill (adosa) et les connaissances (amoha), sont néanmoins considérés comme Karma parce que les deux racines de l'ignorance et le désir sont sommeille en lui . Les types moraux de la conscience de chemin supramondaines (magga citta) ne sont pas considérés comme Karma, car ils ont tendance à éliminer les deux causes profondes.
Qui est l'auteur du Karma?
Qui récolte les fruits du karma?
Est-ce moule Karma une âme?
En répondant à ces questions subtiles, le Buddhaghosa Vénérable écrit dans le Visuddhi Magga:
"Pas de faiseur est-ce qui fait l'acte;
Il n'existe pas non celui qui se sent le fruit;
Éléments constitutifs seuls roulent sur;
Cet effet! Est-ce juste discernement. "
Par exemple, le tableau que nous voyons est la réalité apparente. Dans un sens ultime de la table dite se compose de forces et de qualités.
Pour les besoins ordinaires d'un scientifique serait d'utiliser l'eau terme, mais dans le laboratoire, il disait H 2 0.
De la même manière, à des fins traditionnelles, des termes tels que homme, femme, être, soi-même, et ainsi de suite sont utilisées. Les formes dites fugitives consistent en des phénomènes psychophysiques, qui sont en constante évolution ne pas rester la même pendant deux moments consécutifs.
Bouddhistes, par conséquent, ne croient pas en une entité immuable, en un acteur à part l'action, dans un percepteur en dehors de la perception, dans un sujet conscient derrière conscience.
Qui est donc l'auteur de Karma? Qui connaît l'effet?
Volition, ou Will (tetana), est lui-même l'acteur, Feeling (vedana) est lui-même le moissonneur des fruits des actions. En dehors de ces états mentaux pur (suddhadhamma), il n'y a personne pour semer et personne à récolter.
Classification du Karma
(A) En ce qui concerne les différentes fonctions, Karma est classé en quatre catégories:
1. KARMA DE LA REPRODUCTION
Chaque naissance est conditionnée par un bon ou un mauvais karma passé, qui prédominait au moment de la mort. Karma qui conditionne l'avenir naissance est appelée Karma reproduction. La mort d'une personne est simplement «une fin provisoire d'un phénomène temporaire». Bien que la forme actuelle périt, une autre forme qui n'est ni le même, ni tout à fait différent prend sa place, en fonction du potentiel pensée vibrations générées au moment de la mort, parce que la force karmique qui propulse le flux vital encore survit. C'est cette dernière pensée, qui est techniquement appelé la reproduction (janaka) Karma, qui détermine l'état d'une personne à sa naissance ultérieure. Il peut s'agir d'un bon ou un mauvais karma.
Selon le commentaire, Karma reproduction est celle qui produit des granulats mentale et les agrégats de matière au moment de la conception. La conscience initiale, qui est appelé la renaissance conscience patisandhi, est conditionnée par cette reproduction (janaka) Karma. En même temps que l'apparition de la renaissance conscience, il se produit le «corps-décade», «sexe décade» et «base décade» (kaya-bhavavatthu dasakas). (Décade = 10 facteurs).
(A) Le corps-décade est composé de:
1. L'élément de prolongement (pathavi).
2. L'élément de cohésion (APO).
3. L'élément de la chaleur (Tajo).
4. L'élément de mouvement (vayo).
(B) Les quatre dérivés (upadana rupa):
1. Couleur (vanna).
2. Odeur (gandha).
3. Goût (rasa).
4. Essence Nutritive (oja)
Ces huit (Mahabhuta 4 + 4 = 8 upadana) sont collectivement appelés Avinibhoga Rupa (forme indivisible ou question indivisible).
(C) Vitalité (jivitindriya) et le corps (kaya)
Ceux-ci (avinibhoga 8 + jivitindriya 1 + Kaya 1 = 10) dix sont collectivement appelés "Body-décade" = (Kaya dasaka).
Sex-décade et Base-décade comprennent également des neuf premier, le sexe (bhava) et le siège de la conscience (vathu) respectivement (c. yeux, des oreilles, du nez, de la langue et du corps).
De ce fait, il est évident que le sexe d'une personne est déterminé à la conception même de l'être. Elle est conditionnée par le Karma et n'est pas une combinaison fortuite de spermatozoïdes et d'ovocytes. La douleur et le bonheur qu'on éprouve au cours de sa vie sont la conséquence inévitable de la reproduction Kamma.
2. KARMA DE SOUTIEN
Ce qui vient à proximité de la reproduction (janaka) Kamma et la soutient. Il n'est ni bon ni mauvais et il assiste ou maintient l'action de l'(janaka) Karma reproduction au cours de sa vie. Immédiatement après la conception jusqu'au moment de la mort cette Karma s'avance pour soutenir le Karma reproduction. Un soutien moral Karma (kusala upathambhaka) aide à donner la santé, la richesse, le bonheur, etc pour le train de naître avec un Karma reproduction moral. Un Karma soutien immoral, d'autre part, contribue à faire de la peine, la tristesse, etc pour le train de naître avec une reproduction (akusala janaka) Karma immoral, comme par exemple à une bête de somme.
3. KARMA ou obstructive KARMA Counteractive
Qui, contrairement à l'ancien, tend à s'affaiblir, interrompre et retarder la réalisation du Karma reproduction. Par exemple, une personne née avec un bon karma de reproduction ne peuvent faire l'objet de divers maux, etc, l'empêchant ainsi de profiter des résultats béat de ses bonnes actions. Un animal, d'autre part, qui est né avec une mauvaise reproduction Karma peut mener une vie confortable en obtenant la bonne nourriture, logement, etc, en raison de sa bonne counteractive ou obstructive (upabidaka) Karma empêchant la jouissance du mal Karma reproduction.
4. DESTRUCTEUR KARMA (UPAGHATAKA)
Conformément à la loi du karma, l'énergie potentielle du Karma reproduction pourrait être annulé par une simple Karma adverse puissant du passé, qui, cherchant une occasion, peut fonctionner de manière inattendue, juste comme une force neutralisante puissant peut obstruer le chemin d'un vol flèche et le ramener au sol. Une telle action est appelée Karma destructifs (upaghataka), qui est plus efficace que les deux précédents en ce qu'il n'est pas seulement obstructive mais aussi détruit toute la force. Cette Karma Destructive peut aussi être bon ou mauvais.
Comme exemple de fonctionnement de tous les quatre, le cas de Devadatta, qui a tenté de tuer le Bouddha et qui a causé un schisme dans le Sangha (disciples du Bouddha) peut être cité. Son bon karma reproduction lui a apporté naissance dans une famille royale. Son confort et la prospérité sont dues à l'action du Karma de soutien. Le Karma Counteractive ou obstructive est entré en vigueur quand il était sujet à beaucoup humiliation en raison de son être excommunié de la Sangha. Enfin, le Karma Destructive apporté sa vie à une fin misérable.
(B) Il ya une autre classification de Karma, selon la priorité d'effet:
1. DE POIDS (GARUKA) KARMA.
C'est soit lourde ou grave - peut être bon ou mauvais. Il produit ses résultats dans cette vie ou dans l'autre pour certains. Si bien, c'est purement mental comme dans le cas de Jhâna (ecstasy ou absorption). Sinon, il est verbale ou physique. Sur le côté immoral, il ya cinq crimes odieux immédiates efficaces (pancanantariya karma): matricide, Patricide et le meurtre d'un Arahant, la blessure d'un bouddha et la création d'un schisme dans le Sangha. Le scepticisme permanent (Niyata Micchaditthi) est également appelé un des Karmas Weighty (garuka).
Si, par exemple, une personne devait se développer la jhâna (ecstasy ou absorption) et plus tard étaient de commettre l'un de ces crimes odieux, son bon karma serait effacée par la puissante mauvais karma. Sa naissance subséquente serait conditionnée par le mauvais karma en dépit du fait qu'il a gagné le jhâna plus tôt. Devadatta a perdu son pouvoir psychique et qu'il est né dans un mauvais état, car il a blessé le Bouddha et a provoqué un schisme dans le Sangha.
Roi Ajatasattu aurait atteint la première étape de la sainteté (Sotapanna) s'il n'avait pas commis un parricide. Dans ce cas, le puissant Karma mal agi comme un obstacle à sa sainteté gagner.
2. GLOBALE KARMA (ASANNA) OU LA MORT GLOBALE KARMA
C'est ce que l'on fait ou se souvient immédiatement avant le moment de la mort. En raison de la grande part qu'il joue dans la détermination de la future naissance, une grande importance est atteint à ce lit de mort (asanna) Karma dans presque tous les pays bouddhistes. Les coutumes de rappeler le mourant de bonnes actions et lui faisant faire de bonnes actions sur son lit de mort existe encore dans les pays bouddhistes.
Parfois une mauvaise personne peut mourir heureux et recevoir une bonne naissance s'il se souvient ou fait un bon acte au dernier moment. Une histoire est qu'un certain bourreau qui en passant est arrivé de donner des aumônes aux Sariputta Vénérable rappeler cette bonne action au moment de mourir et qu'il est né dans un état de béatitude. Cela ne signifie pas que, même s'il jouit d'une bonne naissance, il sera exempté de l'effet des mauvaises actions qu'il a accumulées au cours de sa vie. Ils y avoir effet en raison que des occasions se présentent.
Parfois, une bonne personne peut mourir malheureux en se souvenant tout à coup une mauvaise action de son ou abriter une pensée désagréable, peut-être imposée par des circonstances défavorables. Dans les Écritures, la reine Mallika, épouse du roi Kosala, se souvenant d'un mensonge qu'elle avait prononcé, a subi pendant environ sept jours dans un état de misère quand elle a menti à son mari pour couvrir une mauvaise conduite.
Ce sont des cas exceptionnels. Ces modifications inverses de compte à la naissance pour la naissance d'un enfant vertueux aux parents méchants et vicieux des enfants aux parents vertueux. À la suite de la dernière minute de la pensée étant conditionnée par le comportement général de la personne.
3. HABITUEL KARMA (ACCINA)
Il est celui qui effectue habituellement sur et récollets et pour lequel on a une grande affection. Habitudes, bonnes ou mauvaises devient ceux seconde nature, tendant à former le caractère d'une personne. Au moments sans surveillance un défaillances souvent dans un état d'esprit de mental habituel. De la même manière, à la mort moment, à moins influencé par d'autres circonstances, on se souvient généralement à l'esprit les actes habituels de chacun.
Cunda, un boucher, qui vivait dans le voisinage du monastère du Bouddha, est décédé à crier comme un animal parce qu'il gagnait sa vie par l'abattage des porcs.
Roi Dutthagamini de Ceylan (Sri Lanka) avait l'habitude de donner l'aumône aux moines (bhikkhus) avant qu'il ne prenne ses propres repas. C'était son Karma habituelle qui lui réjoui au moment de mourir et lui a donné naissance dans le ciel Tusita.
4. RESERVE ou cumulative (KATATTA) KARMA
Cela signifie littéralement «parce que faire». Toutes les actions qui ne sont pas incluses dans ce qui précède et ces actions vite oubliés appartiennent à cette catégorie. C'est en quelque sorte le fonds de réserve d'un être particulier.
(C) Il ya une autre classification de Karma en fonction du temps dans lequel les effets sont élaborées:
1. Immédiatement efficace Karma (ditthadhammavedaniya).
2. Par la suite efficace Karma (uppapajjavedaniya).
3. Indéfiniment compter Karma (aparapariyavedaniya).
4. (Ahosi) Karma défunt ou inefficaces.
Karma immédiatement efficace est celle qui est vécue dans la vie présente. Selon le Abhidhamma on le fait bien et du mal pendant le processus javana (pensée-impulsion), qui dure habituellement sept-pensées moments. L'effet de la première moment-pensée, étant le plus faible, ne peut récolter dans cette vie elle-même. C'est ce qu'on appelle le Karma effet immédiatement.
Si cela ne fonctionne pas dans cette vie, elle est appelée Karma 'défunte ou inefficaces ».
Les plus faibles prochain est le moment-pensée septième. Son seul effet peut récolter à la naissance de séquence. C'est ce qu'on appelle Karma »suite efficace».
Cela, aussi, est appelée Karma défunte ou inefficace si elle ne fonctionne pas dans la seconde naissance. L'effet de la pensée-moments intermédiaires peut avoir lieu à n'importe quel moment jusqu'à ce que l'on atteint Nirvana. Ce type de Karma est connu comme Karma 'Indéfiniment efficace ».
Personne, pas même les Bouddhas et Arahantas, est exempté de cette classe de Karma qui l'on peut éprouver au cours d'une erre dans le Samsara. Il n'ya pas de classe spéciale de Karma connu sous le nom défunte ou inefficace, mais quand ces actions devraient produire leurs effets dans cette vie ou dans une vie ultérieure ne fonctionnent pas, ils sont appelés Karma défunte ou inefficaces.
(D) La mise à la classification du Karma est selon le plan dans lequel l'effet a lieu, à savoir:
1. Mauvaises actions (karma akusala) qui peuvent mûrir dans les plans sensibles (kammaloka). (Six avions célestes, plus un plan humain et quatre avions tristes = onze avions Kamaloka.) Voici seulement quatre kamalokas lamentable.
2. Les bonnes actions (karma kusala) qui peuvent mûrir dans les plans sensibles à l'exception des quatre avions manqué.
3. Les bonnes actions (karma kusala) qui peuvent mûrir dans le domaine de la forme (Rupa brahamalokas). Il ya quatre Brahma Lokas Arupa.
Questions sur la théorie du Karma
Question: Les Karmas des parents déterminent ou influencent les karmas de leurs enfants?
Réponse: Physiquement, le Karma des enfants est généralement déterminée par le karma de leurs parents. Ainsi, les parents sains ont généralement une descendance saine, et les parents malsains avoir des enfants malsains. Sur l'effet ou la façon dont le karma de leurs enfants est déterminé: la Karma de l'enfant est une chose à part de lui-même - il forme l'individualité de l'enfant, la somme totale de ses mérites et démérites accumulés dans d'innombrables existences passées. Par exemple, le Karma du Bouddha-à-être, le prince Siddhartha n'était certainement pas influencée par le Karma conjointe de ses parents, le roi Çouddhodana et la reine Maya. Le Karma glorieux et puissant de notre Bouddha à être transcendé le karma de ses parents qui étaient conjointement plus puissant que le sien.
Question: Si le Karma des parents n'influencent pas celles de leurs enfants, comment le fait de préciser que les parents qui souffrent de certaines maladies virulentes sont susceptibles de transmettre ces maux à leurs descendants?
Réponse: Si un enfant héritent d'une telle maladie, il est dû à la force de leurs caractéristiques en raison de la force de Utu de celui-ci (conditions favorables à la germination) des parents. Prenez, par exemple, deux graines d'un arbuste, l'un des plantes en infériorité sol sec, et l'autre dans un sol riche et humide. Le résultat est que la première graine germera dans un jeune arbre malade et bientôt montrer des symptômes de la maladie et de la décomposition, tandis que l'autre graine prospérer et de s'épanouir et de grandir pour devenir un grand arbre et en bonne santé.
On notera que la paire de graines issu de la même souche se développe différemment selon le sol dans lequel ils sont placés. Karma passé d'un enfant peut être comparé à la semence: la disposition physique de la mère sur le sol, et celle du père de l'humidité, ce qui fécondé le sol. Grosso modo, pour illustrer notre propos, nous dirons que, représentant la germination, la croissance et l'existence de la gaule comme une unité, la semence est responsable d'un dixième d'entre eux, le sol pendant six dixièmes, et l'humidité pour le reste , trois dixièmes. Ainsi, bien que le pouvoir de germination existe potentiellement dans la graine (l'enfant), sa croissance est fortement déterminée et vivifié par le sol (la mère) et l'humidité (le père).
Par conséquent, alors même que les conditions du sol et l'humidité doivent être prises comme des facteurs en grande partie responsables de la croissance et de l'état de l'arbre. Ainsi, les influences des parents (ou progéniteurs, comme dans le cas du monde animal) doivent être pris en compte en ce qui concerne la conception et le développement de leur progéniture.
La part des parents dans la Karma déterminer les facteurs physiques de leur problème est le suivant: Si ils sont des êtres humains, leur progéniture sera un être humain. S'ils sont les bovins puis leur problème doit être de leur espèce. Si l'être humain est chinoise, puis leur progéniture doit être de leur race. Ainsi, les descendants sont toujours les mêmes genres et espèces, etc, comme ceux des ancêtres. On verra à partir de ce qui précède que, bien que le karma d'un enfant est très puissante en elle-même, si ne peut pas rester totalement sans influence de ceux de leurs parents. Il est apte à hériter de la caractéristique physique de ses parents. Pourtant, il peut arriver que le karma de l'enfant, étant supérieurement puissant, l'influence du karma commun de la société mère ne peut pas éclipser. Bien sûr, il a à peine besoin de souligner que les mauvaises influences des parents peuvent également être contrecarrés par l'application de la science médicale.
Tous les êtres nés de la cohabitation sexuelle sont les effets résultants de trois forces:
1. Le vieux Karma de l'existence passée;
2. Le liquide séminal de la mère, et
3. Le liquide séminal du père.
Les dispositions physiques des parents peuvent, ou non, être égale à la force. On peut neutraliser l'autre à une plus ou moins grande mesure. La Karma de l'enfant et les caractéristiques physiques, comme la race, la couleur, etc, seront le produit des trois forces.
Question: Sur la mort d'un être vivant, est-il une «âme» qui se promène à volonté?
Réponse: Quand un être sensible laisse une existence, il renaît soit comme un être humain, un être céleste (Deva ou Brahma) et animal inférieur, ou un habitant de l'une des régions de l'enfer. Les sceptiques et les gens ignorants lieu qu'il existe des étapes intermédiaires - antrabhava - entre ces formes, et qu'il ya des être qui ne sont ni de l'humain, le céleste, le Deva ou les mondes de Brahma, ni de l'une quelconque des étapes du exister reconnus dans les Écritures - mais sont à un stade intermédiaire. Certains affirment que ces phases de transition sont possédés des Cinq khandhas (cinq Agrégats: ils sont Matter (Rupa); Feeling (vedana); Perception (Sanna), 4-activités mentales (sankhara) et Conscience (vinnana)..
Certains affirment que ces êtres sont détachés "âmes" ou des esprits sans enrobage de matériaux, et certains encore, qu'ils sont doués de la faculté de voir comme Devas, et qu'en outre, ils ont le pouvoir de changer à volonté, à de courts intervalles, à partir de une à une de l'existence mentionnés ci-dessus. D'autres soutiennent encore la théorie fantastique et erronée que ces êtres peuvent, et donc, se croient d'être ailleurs que dans l'existence, ils sont en fait po Ainsi, pour prendre par exemple un tel de ces êtres suppositious. Il s'agit d'une personne pauvre - et pourtant il s'imagine être riche. Il peut être en enfer - et pourtant il s'imagine être dans la terre des Dieux, et ainsi de suite. Cette croyance dans les stades intermédiaires entre existences est faux, et est condamné dans les enseignements bouddhistes. Un être humain dans cette vie qui, par son Karma est destiné à être un être humain à l'autre, renaîtra en tant que tel, celui qui par son Karma est destiné à être un Deva dans la prochaine sera apparaissent dans la terre de l' Devas, et dont la vie future est d'être en enfer, se trouvent dans l'une des régions de l'enfer dans l'existence suivante.
L'idée d'une entité ou de l'âme ou de l'esprit «aller», «à venir», «changement» ou «transmigration» d'une existence à l'autre est une idée entretenue par l'ignorance et matérialiste, et n'est certainement pas justifiée par les Dhammas qu'il ya rien de tel que «aller», «à venir», «changement», etc, entre les existences. La conception, ce qui est en accord avec le Dhamma, peut-être illustrée par l'image jeté par un projecteur de cinéma, ou le bruit des émise par le gramophone, et leur relation avec le film ou la caisse de résonance et dossiers respectivement. Par exemple, un être humain meurt et renaît dans le pays des Devas. Bien que ces deux existences sont différents, mais le lien et la continuité entre les deux à la mort est ininterrompue dans le temps. La même chose est vraie dans le cas d'un homme dont l'existence est en outre d'être en enfer. La distance entre l'enfer et la demeure de l'homme semble être grande. Pourtant, dans le temps, la continuité de «passage» à partir d'une existence à l'autre est intact, et peu importe ni espace intermédiaire peut interrompre la tendance du karma d'un homme du monde des êtres humains dans les régions de l'enfer. Le «passage» d'une existence à l'autre est instantané, et la transition est infiniment plus rapide qu'un clignement d'une paupière ou un allègement-flash.
Karma détermine le domaine de la renaissance et de l'état de l'existence dans ce royaume de tout être transitoire (dans le cycle des existences, qui doivent être traversés jusqu'à la réalisation, enfin, de Nirvana).
Les résultats du Karma sont multiples et peuvent être réalisées de plusieurs façons. Offrandes religieuses (DANA) peuvent obtenir, pour un homme le privilège de la renaissance en tant qu'être humain, ou comme un deva, dans l'un des six mondes deva selon le degré du mérite des actes accomplis, et donc avec le respect des religieux fonctions (SILA). Le jhanas ou des états d'absorption, se trouvent dans le monde de Brahma ou Brahmalokas jusqu'au sommet, le monde de Brahma XXe: Et donc avec de mauvaises actions, dont les auteurs se trouvent, grade par grade, jusque dans les bas-fonds de Enfer. Ainsi sont Karma, passé, présent et avenir étaient, sont et ne sera jamais la somme de nos actions, bons, indifférents ou mauvais. Comme on l'a vu de ce qui précède, notre Karma détermine les changements de nos existences.
"Les mauvais esprits" sont donc pas des êtres dans une des étapes intermédiaires ou de transition de l'existence, mais sont vraiment des êtres très inférieurs, et ils appartiennent à l'un des cinq domaines de l'existence suivants:
1. World of Men: 2. Le plus bas plan de deva-monde; 3. La région de l'enfer; 4. Animaux ci-dessous les hommes, et 5. Petas (fantômes).
Numéro 2 et 5 sont très près le monde des êtres humains. Que leur état est malheureux, et ils sont populairement considérés mauvais esprits. Il n'est pas vrai que tous ceux qui meurent dans le monde renaissent comme les mauvais esprits et il n'est pas vrai que les êtres qui meurent morts subites ou violentes sont susceptibles de renaître dans le plan le plus bas du monde des devas.
Question: Y at-il une telle chose comme un être humain qui renaît et qui est capable de parler avec précision de son existence passée?
Réponse: Certainement, ce n'est pas un événement rare, et est en conformité avec les principes du bouddhisme à l'égard de Karma.
Le texte qui suit (qui forme, une écrasante majorité des êtres humains) sont généralement incapables de là tu te souviennes existences passées lorsque renaître comme êtres humains: les enfants qui meurent jeunes. Ceux qui meurent vieux et sénile. Ceux qui sont accros à la drogue ou de boisson habitude. Ceux dont la mère, lors de leur conception, ont été malade ou ont dû peiner laborieusement, ou ont été téméraire ou imprudent pendant la grossesse. Les enfants dans l'utérus, étant stupéfaits et ont commencé, perdre toute connaissance de leur existence passée.
Ce qui suit sont possédés d'une connaissance de leurs existences passées, à savoir: ceux qui ne renaissent (dans le monde des humains), mais se déroulent dans le monde des devas, de Brahma, ou dans les régions de l'enfer, se souviennent de leurs existences passées.
Ceux qui meurent soudainement morts par accident, alors que la santé de son, peut aussi être doués de cette faculté dans la prochaine existence, à condition que leurs mères, dans le sein de laquelle ils sont conçus, sont en bonne santé. Encore une fois, ceux qui vivent des vies stables, méritoires et qui, dans leurs existences passées ont cherché à atteindre, souvent atteindre.
Enfin, le Bouddha, le Arahantas et Ariyas atteindre ce cadeau qui est connu comme pubbenivasa abhnna (puissance surnaturelle souvenir existences antérieures).
Question: Quels sont les cinq Abhinna? Sont-ils réalisables uniquement par le Bouddha?
Réponse: Les cinq Abhinna (pouvoirs surnaturels): Pali - abhi, excellent, nana, sagesse) sont:
Iddhividha = puissance créatrice;
Dibbasola = Divine oreille;
Cetopariya nana = La connaissance des pensées des autres;
Pubbenivasanussati = La connaissance de l'existence passée d'un;
Dibbacakkhu = L'œil divin.
Le Abhinna sont réalisables non seulement par le Bouddha, mais aussi par Arantas et Ariyas, par le commun des mortels qui pratiquent selon les Écritures (comme ce fut le cas avec les ermites etc, qui a prospéré avant l'époque du Bouddha et qui étaient capables de voler à travers l'air et parcourir des mondes différents).
Dans les Écritures bouddhistes, nous trouvons clairement montré, les moyens d'atteindre les cinq Abhinna. Et même aujourd'hui, si ces moyens sont soigneusement et persévérance poursuivis, il serait possible d'atteindre ces derniers. Que nous ne voyons aucune personne dotée de cinq Abhinna aujourd'hui est due à l'absence d'effort physique et mental intense en vue de leur réalisation.
Nature du Karma
Dans le fonctionnement du karma il ya des forces et des conditions maléfiques et bienfaisante pour contrer et soutenir ce droit d'auto-exploitation. Heure de naissance ou de condition (Gati) (kala) substrat de renaissance ou de montrer l'attachement à la renaissance (upadhi) et effort (payoga) agissent comme ces aides puissantes et les obstacles à la réalisation du Karma.
Bien que nous ne sommes ni l'absolument les fonctionnaires, ni les maîtres de notre Karma, il est évident à partir de ces facteurs réactives et de soutien que le fruit du karma est influencée dans une certaine mesure par des circonstances extérieures, l'environnement, la personnalité, les différents efforts, et ainsi de suite.
C'est cette doctrine du karma qui donne consolation, espérance, confiance et courage moral pour un bouddhiste. Lorsque l'inattendu se produit, et il rencontre des difficultés, les échecs, et le malheur, les bouddhistes se rend compte qu'il récolte ce qu'il a semé, et il est d'essuyer une dette passée. Au lieu de se résigner, en laissant tout à Karma, il fait un effort intense pour tirer les mauvaises herbes et semer des graines utiles à leur place, pour l'avenir est entre ses mains.
Celui qui croit au karma ne pas condamner même les plus corrompus, pour eux aussi, ont leur chance de se réformer à tout moment. Bien que lié à souffrir dans les états lamentables, ils ont l'espoir d'atteindre la paix éternelle. Par leurs oeuvres, ils ont créé leur propre Hells, et par leurs oeuvres, ils peuvent créer leurs propres cieux, aussi.
Un bouddhiste qui est pleinement convaincu de la loi du Karma ne prie pas à l'autre pour être sauvé, mais repose avec confiance sur lui pour sa propre émancipation. Au lieu de faire un don de soi, ou en appelant le tout organisme surnaturel, il s'appuie sur sa propre volonté, et travaille sans cesse pour le bien-être et le bonheur de tous. Cette croyance dans le karma valide son effort et allume son enthousiasme, car il enseigne la responsabilité individuelle.
Pour le bouddhiste ordinaire, Karma a un effet dissuasif, tandis que pour un intellectuel, il sert à inciter à faire le bien. Il ou elle devient gentil, tolérant et respectueux. Cette loi du karma explique le problème de la souffrance, la maîtrise de soi-disant destin et de la prédestination des autres religions et de toutes les inégalités de l'humanité.

Traduit de l'anglais...à besoin de correction
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zeweian.wix.com/moondragon
diana33

avatar

Féminin Messages : 871
Age : 37
Localisation : Dans le Temple sacré d'Aset

MessageSujet: Re: Le Karma c'est quoi?   Mar 13 Aoû - 21:39

ATTENTION

Merci de vous connecter sur le nouveau forum où tous les sujets ont été transférés :

---> [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Merci à vous.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le Karma c'est quoi?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» En quoi consiste exactement le karma ?
» A quoi sert-il de connaitre les lois karmiques?
» Code binaire : à quoi ça sert ?
» quoi faire avec des poivrons ?
» farine de riz, oui mais j'en fais quoi???

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum de La Wicca :: Pratique :: Méditation-
Sauter vers: